Chapitre 9

Sous le choc de l’eau qui percuta la bulle de plein fouet, l’entraînant vers le bas, Oscar et Eugénie furent projetés contre la paroi, heureusement souple et moelleuse. Leurs cris emplissaient le curieux vaisseau irisé, couvrant presque totalement le grondement de l’eau tout autour. Tous deux sentaient leurs cœurs vaciller dans leur poitrine à mesure que la bulle chutait toujours plus vite. De leurs yeux écarquillés, ils ne pouvaient discerner que les trombes d’eau qui frappaient la bulle de part et d’autre, priant intérieurement pour que leur frêle esquif résistât à ces assauts.

Alors qu’à court d’air, Eugénie et Oscar reprenaient leur souffle, la voix d’Ephéa s’éleva dans la bulle.

− Vous ne craignez rien, leur dit-elle, rassurante. La bulle vous protège et nous y sommes bientôt. Elle apparut alors de l’autre côté de la paroi translucide, souriante et paisible au milieu de l’eau tumultueuse.

− Purée, Ephéa !! C’est facile à dire !!! hurla Oscar, qui agrippait fermement la main d’Eugénie. C’est pire que Space Mountain, ton truc !!!

Ephéa tendit les bras en direction de la bulle, qui s’immobilisa brusquement au milieu de la chute d’eau, projetant ses occupants sur le sol.

− T’aurais pu prévenir ! bougonna Oscar, qui tentait tant bien que mal de se relever. Ça va, Eugénie ? Il tendit la main à son amie, livide, qui la saisit pour se relever à son tour.

− Oui, je crois, dit-elle avec un faible sourire. Il était temps que ça se termine… ajouta-t-elle, en observant l’eau qui continuait à se fracasser contre les parois de la bulle.

− Ah ben ça, tu l’avais pas vu venir, apparemment ! dit-il pour la taquiner. Eugénie lui donna un coup de coude dans les côtes et tous deux éclatèrent d’un rire libérateur, soulagés d’être sains et saufs.

− Je ne te propose pas de chocolat, tu serais capable de vomir, vu la mine que t’as ! ajouta Oscar en riant. Tout à coup, la bulle se mit à bouger, doucement cette fois.

− Je vous propose de continuer le voyage plus paisiblement, dit Ephéa avec un clin d’œil. Les bras toujours tendus en avant, elle se mit à descendre lentement, entraînant la bulle dans son mouvement.

Ebahis, Oscar et Eugénie pouvaient à présent contempler l’eau, limpide et puissante, qui continuait à tomber tout autour. Le spectacle était fascinant, presque hypnotique.

− Tu m’expliques pourquoi elle n’a pas fait ça dès le début ? demanda Oscar à Eugénie, en haussant les sourcils. Ok, ma théorie sur les fées mangeuses d’hommes était peut-être un peu tirée par les cheveux, mais par contre, les fées sadiques…

− Je t’entends, tu sais, dit Ephéa, en éclatant de rire devant la mine déconfite d’Oscar. Nous y sommes presque.

Sous leurs pieds, Eugénie et Oscar regardaient, ébahis, l’eau bouillonner à l’endroit où la chute venait se jeter dans une rivière. La bulle poursuivit doucement sa descente jusqu’au bas de la cascade où, prise dans un tourbillon, elle se mit à tournoyer sur elle-même, forçant ses occupants à s’assoir pour ne pas perdre l’équilibre.

− Je croyais que tu avais dit paisiblement ! cria Oscar à l’attention d’Ephéa, mais celle-ci avait disparu dans l’eau tumultueuse. Il jeta un coup d’œil à Eugénie qui, les yeux fermés, luttait contre le tournis qui commençait à la gagner et saisit sa main pour la rassurer. Un sourire apparut sur le visage crispé de la jeune fille et Oscar fut rassuré.

Après quelques secondes, la bulle émergea du tourbillon pour se stabiliser dans l’eau paisible de la rivière, où elle se mit à flotter tranquillement en suivant le courant, pour le plus grand soulagement de ses jeunes passagers. Toujours assis au milieu de leur embarcation translucide, Oscar et Eugénie reprenaient doucement leurs esprits tout en examinant avec attention les alentours. La rivière semblait se frayer un chemin au milieu de la roche et, de chaque côté, on ne pouvait distinguer que les murs de pierre grise tout proches. Tout comme dans le tunnel, l’obscurité n’était troublée que par les petites boules de lumière dorée suspendues, comme par magie, au-dessus de l’eau.

− Où est passée Ephéa ? demanda Oscar qui, le visage à quelques centimètres du sol de la bulle, observait avec attention les profondeurs de la rivière. Regarde ! dit-il brusquement, en attrapant Eugénie par le bras pour l’amener à ses côtés. Tu les vois ? s’écria-t-il, tandis que son amie plissait les yeux pour tenter d’apercevoir, dans la faible clarté, ce qui pouvait bien se cacher dans l’eau claire.

− Là ! cria Oscar et Eugénie ne put retenir un cri de surprise.

Tout autour de la bulle, on pouvait distinguer une dizaine de formes qui se mouvaient avec grâce dans les eaux de la rivière.

− Tu crois que ce sont des poissons ? demanda Oscar.

− De drôles de poissons ! Regarde bien ! répondit Eugénie.

L’une des créatures s’approcha de la paroi et, abasourdis, Oscar et Eugénie purent distinguer un visage presque translucide rehaussé de deux grands yeux d’un vert éclatant et que quelques algues entouraient tels des cheveux. Une voix masculine s’éleva à l’intérieur de la bulle.

− Je suis Grégor, dit-elle. Mes amis et moi vous escorterons jusqu’à bon port. Ephéa vous attend avec notre Grand Mage.

Oscar et Eugénie virent une dizaine de paires d’yeux verts étincelants les fixer intensément et la bulle continua son chemin, sous bonne garde, dans les eaux de la rivière.

Chapitre 8

Le tunnel était étonnamment plus large et plus haut qu’Eugénie ne l’avait soupçonné. Une douce clarté émanait de petites boules de lumière dorée qui semblaient flotter à quelques centimètres du plafond comme autant de minuscules soleils, rendant la progression plus facile et l’atmosphère presque féérique. Au bruit que faisaient leurs pas sur le sol irrégulier venait se mêler le son léger de l’eau qui ruisselle au loin. Même Oscar, d’ordinaire si bavard, ne pipait mot, trop occupé à observer cet étrange environnement. Ephéa avançait à bonne allure et Eugénie prenait garde à ne pas se laisser distancer, tout en s’assurant qu’Oscar la suivait toujours. Le tunnel semblait continuer, interminable, et après une succession de virages, Eugénie n’aurait su dire dans quelle direction elle avançait. Elle se fiait sans réserve à son guide, dont elle observait avec curiosité la longue tresse verte qui, telle une chevelure végétale, se balançait à chacun de ses pas. Après plusieurs minutes de marche, le bruit de l’eau se fit plus intense et Eugénie sentit son cœur battre plus fort dans sa poitrine. Ephéa disparut dans un virage et s’arrêta, bientôt rejointe par Eugénie et Oscar, qui ne purent retenir un cri de surprise. Devant eux se dressait un mur d’eau qui marquait la fin du tunnel. Le son de la cascade était à présent assourdissant et la légère brume d’eau fraîche qui s’en dégageait vint caresser les visages d’Oscar et d’Eugénie.

− Nous y sommes, dit Ephéa en souriant, sa voix cristalline parfaitement audible malgré le bruit de l’eau.

− Quoi ? Encore une cascade à traverser ? s’écria Oscar, l’air inquiet. Ephéa sourit.

− Non, pas cette fois. Elle recula d’un pas, ferma les yeux et tendit les bras devant elle, en direction d’Oscar et d’Eugénie. Du cœur de ses mains palmées sortit un jet de lumière multicolore qui enveloppa les deux amis, médusés. Lorsqu’Ephéa rouvrit les yeux, tous deux se tenaient debout, bouche bée, au cœur de la bulle de protection qu’elle venait de créer pour eux.

− Et ça, c’est quoi ? cria Oscar, en promenant sa main sur la surface douce et lisse de la bulle.

− Ca, c’est ce qui va vous permettre de ne pas vous noyer, répondit-elle avec un clin d’œil.

− COMMENT !!! s’écria Oscar, affolé. Il n’eût pas le temps de protester. Déjà, Ephéa s’était retournée pour faire face au mur d’eau. Elle fit un pas en avant et disparut, avalée toute entière par la puissante cascade, sous le regard paniqué d’Oscar.

− Eugénie ! T’as vu ça ?? Elle a disparu !! Qu’est-ce qu’on fait, maintenant ?

− On attend, lui répondit la jeune fille d’un ton serein.

− Tu peux me dire comment tu fais pour garder ton calme dans des conditions pareilles ? T’as fait un stage intensif avec le Dalaï Lama, ou quoi ???

– Oh, arrête un peu ! Elle va venir nous chercher.

− Et qu’est-ce que t’en sais ?? Ah oui, c’est vrai : tu le sais, c’est tout ! dit-il en imitant la voix de son amie.

− Et ben oui, je le sais, c’est tout, répliqua Eugénie, en feignant d’ignorer le ton moqueur du jeune homme. Tiens, d’ailleurs, la voilà ! dit-elle en montrant du doigt la chute d’eau. Oscar se retourna pour regarder dans la direction pointée par son amie et poussa un hurlement. Au milieu du flot ininterrompu de la cascade se trouvait le visage d’Ephéa, sa peau bleutée presque invisible dans l’eau claire.

− Désolée de t’avoir fait peur, Oscar, dit-elle.

− Ca deviendrait presque une habitude, rétorqua celui-ci, vexé. Tu peux me dire comment tu fais ça ?

− Nous autres, les Aquarealis, nous sommes des créatures de l’Eau. Elle est notre élément et nous pouvons ne faire qu’un avec elle.

− Ah ouais, d’accord, bougonna-t-il. Et toi, tu le savais évidemment ? demanda-t-il à Eugénie, qui hocha la tête en souriant. Encore un truc que t’as vu dans ton film d’hier, c’est ça ?

− Effectivement, confirma Eugénie.

− Etes-vous prêts ? demanda Ephéa.

− ­ On est prêt ? demanda Oscar à Eugénie.

− ­ On peut y aller, confirma la jeune fille.

Le doigt d’Ephéa sortit de l’eau, fit un mouvement vers le haut et la bulle où se trouvaient les deux adolescents s’éleva doucement au-dessus du sol.

− Alors, allons-y ! dit Ephéa, attirant la bulle avec elle au cœur de la cascade, où tous trois entamèrent une chute vertigineuse.

Chapitre 7

La traversée de la chute d’eau ne ressemblât en rien à ce à quoi s’attendait Eugénie. Aucun frisson ne parcourut son corps lorsque le liquide entra en contact avec sa tête. Bien au contraire, il lui sembla être soudainement enveloppée dans une couverture moelleuse et chaude. Un sentiment de bien-être profond envahit tout son corps, faisant disparaître comme par magie les douleurs et la fatigue que les événements de la matinée avaient causés. Une fois de l’autre côté, elle plissa les yeux pour s’accoutumer à la relative pénombre ambiante et observa les alentours. Elle se trouvait dans une sorte de grotte aux murs de pierre grise. Elle se retourna vers Oscar, qui venait lui aussi d’émerger de la cascade. Il était absolument sec et sur son visage intact ne figurait plus aucune trace de poussière ou de griffure. Il la regardait lui aussi, les yeux écarquillés.

− La vache ! Mais t’es même pas mouillée ! Comment c’est possible ?

− Toi non plus, j’te signale !

− Ah mais, purée t’as raison ! J’suis tout sec ! s’écria-t-il en observant avec attention ses bras et ses jambes. C’est quoi, ce délire ???

− C’est une barrière magique, intervint Ephéa.

Oscar se tourna vers elle et poussa un cri terrifié :

− AAAHHH ! Mais, t’as grandi !!!!!

− En fait, c’est vous qui avez rapetissé, dit-elle en souriant. Il est possible que j’aie oublié de mentionner ce détail, ajouta-t-elle.

− Ce détail ??? Mais tu rigoles ??? Et comment on va faire pour retourner chez nous, comme ça ??? hurla Oscar, tout bonnement paniqué.

− Ne t’inquiète pas, vous retrouverez votre taille normale en sortant de notre monde, le rassura-t-elle. Le liquide magique du Grand Mage fonctionne dans les deux sens.

Ebahi, Oscar ne pouvait détacher son regard des yeux vert émeraude d’Ephéa, qui était à présent à sa hauteur.

− Il a aussi guéri nos blessures, ajouta Eugénie en contemplant ses mains blanches et lisses qu’aucune plaie ne venait plus abîmer. Ephéa se tourna vers elle :

− Oui, en effet. C’est une magie très puissante et réparatrice. A présent, suivez-moi, le temps presse. Et elle se mit à marcher en direction de l’entrée d’un tunnel, d’où provenait une douce lumière.

− Tu m’expliques pourquoi tu n’as même pas l’air surprise ? demanda Oscar à Eugénie, tandis qu’Ephéa disparaissait dans le passage. Elle haussa les épaules en souriant et se mit en route à son tour. Oscar soupira et la suivit.

Chapitre 6

L’autre versant de la colline offrait un spectacle de désolation. Sur une centaine de mètres en contrebas se dressaient des dizaines d’arbres morts comme autant de silhouettes noires et tragiques, toutes racornies.

Eugénie sentit les larmes lui monter aux yeux, tandis qu’Oscar s’écriait :

− Oh la vache ! Y’a eu un incendie ou quoi ?

− Je ne crois pas… commença Eugénie. Elle n’eût pas le temps de terminer sa phrase. Un tourbillon de poussière noire s’éleva brusquement quelques mètres plus bas et se mit à tournoyer dans leur direction à toute vitesse.

− Nom de… ! cria Oscar, en prenant Eugénie par la main. Ils se mirent à courir pour revenir sur leurs pas, mais le tourbillon était plus rapide et, bientôt, ils ne virent plus rien. Le nuage de poussière suffocante se répandait dans leurs yeux, dans leurs narines, son goût de cendre envahissait leurs bouches. Eugénie perdit l’équilibre et entraîna Oscar dans sa chute. Tous deux se mirent à dévaler la pente raide de la colline, les ronces et les branchages leur fouettant le visage. Le tourbillon redoubla de puissance et l’air était à présent complètement irrespirable. Eugénie sentit la main d’Oscar agripper la sienne plus fort et son cœur se serra. Comment avait-elle pu entraîner son ami dans une histoire pareille ? Pourquoi ne l’avait-elle pas écouté ? Et maintenant, il allait mourir à cause d’elle ! La douleur de cette pensée était bien plus grande que celle infligée par les épines qui lui griffaient le visage et les mains. Elle aurait voulu s’excuser, lui crier combien elle était désolée, mais l’air lui manquait. Bientôt, elle ne pourrait plus respirer…

Tout à coup, la chute vertigineuse prit fin. Contrairement à ce qu’Eugénie pensait, il n’y eut pas de choc brutal au bas de la colline ou contre le tronc d’un arbre. Il lui sembla plutôt atterrir sur un matelas moelleux. Elle prit une profonde inspiration et un air frais et doux emplit ses poumons, sans aucune trace de la poussière noire. En ouvrant ses yeux baignés de larmes, elle s’aperçut qu’elle se trouvait dans une bulle qui flottait à quelques centimètres du sol. A l’extérieur de la bulle, le tourbillon se déchaînait, tentant de poursuivre son funeste dessein. Mais malgré son apparente fragilité, la paroi protectrice semblait indestructible et Eugénie poussa un soupir de soulagement. Elle tourna vivement la tête à la recherche d’Oscar, qui se trouvait juste à côté d’elle, à l’abri lui aussi. Son visage, noirci par la poussière, était zébré de rouge là où les ronces l’avaient griffé et ses cheveux étaient en bataille. Tenant toujours la main d’Eugénie fermement dans la sienne, il contemplait lui aussi l’étrange spectacle.

− Oscar ! Tu n’as rien ! s’écria-t-elle, infiniment soulagée de le retrouver sain et sauf.

− C’est quoi que t’as dit à ta mère, tout à l’heure, déjà ? Ah, oui ! « Ne t’inquiète pas ! » !!! Purée, Eugénie ! C’est quoi ce truc de dingue ! On est dans une… bulle ! Une bulle, nom d’un chien ! Et, on a failli mourir étouffés par un tourbillon de poussière !!! Et… C’est quoi cette tête ? ajouta-t-il en regardant de plus près son amie. On croirait que tu es passée sous un rouleau compresseur !

− Tu verrais la tienne! rétorqua-t-elle, en souriant.

− J’suis curieux de voir comment tu vas expliquer ça à ta mère ! « On s’est fait agresser par un troupeau de chevreuils fous ! » ajouta-t-il, moqueur, en imitant la voix d’Eugénie.

− Oui, enfin, pour l’instant, on n’est pas sorti d’affaire, j’te signale ! Tu crois que la bulle va tenir longtemps ?

− Espérons-le ! J’ai pas très envie de repiquer une tête dans la tornade de la mort !

Ils restèrent silencieux quelques secondes, l’air inquiet, priant silencieusement pour que leur protection irisée ne cède pas sous les assauts répétés du tourbillon. Tout à coup, un puissant rayon de lumière bleue jaillit du sol juste sous la bulle, forçant Eugénie et Oscar à se protéger les yeux pour ne pas être aveuglés. La puissance de la lumière fit exploser le tourbillon avec une déflagration sourde qui éparpilla de la poussière à plusieurs mètres à la ronde.

Lorsqu’ils rouvrirent les yeux, il ne restait de leur assaillant que quelques cendres qui retombaient doucement en pluie autour de la bulle intacte.

− Et ça, c’était quoi ?! s’écria Oscar.

− C’est elle. Elle est venue nous chercher.

− Elle qui ???… Aaahhh ! cria-t-il en voyant apparaître Ephéa au cœur de la bulle, juste à côté de son visage. Eugénie sourit.

− Ben, elle : Ephéa !

− Purée, heureusement que j’suis pas cardiaque !

La voix de la petite créature bleutée s’éleva dans la bulle, douce et parfaitement audible malgré sa taille minuscule :

− Je suis désolée de t’avoir fait peur.

− Bah, j’suis plus à ça près, aujourd’hui ! fanfaronna Oscar pour se donner une contenance. Au moins, tu parles français !

− Je parle toutes les langues humaines. Je suis ici depuis un certain temps, tu vois, j’ai eu le temps d’apprendre à vous connaître, répondit-elle en souriant. Elle se tourna vers Eugénie.

− Je te remercie d’être venue, Eugénie. Tu as pris beaucoup de risques pour venir jusqu’à nous.

− Tu connais mon nom ?

− Tout comme tu connais le mien. Toutes deux se regardèrent d’un air entendu et Ephéa poursuivit :

− J’ai réussi à faire reculer Palibus pour le moment, mais il ne va pas tarder à contre-attaquer. Il ne faut pas rester ici.

Elle fit un geste et la bulle descendit de quelques centimètres, déposant ses occupants sur le sol forestier, avant de disparaître. Tandis qu’Ephéa continuait à flotter doucement dans l’air, Oscar et Eugénie se relevèrent doucement, leurs membres endoloris après la chute vertigineuse qui avait failli leur coûter la vie.

− C’est qui, Palibus ? demanda Oscar, en ébouriffant ses cheveux pour les débarrasser de l’âcre poussière dont ils étaient couverts.

− Je vous expliquerai cela quand nous serons en lieu sûr. Suivez-moi, répondit Ephéa.

Oscar et Eugénie la regardèrent s’éloigner un instant, puis la jeune fille se mit à lui emboîter le pas.

− Tu es sûre de toi ? lui demanda Oscar.

− Tu préfères attendre le retour de Palibus ? lui répondit Eugénie, sans se retourner.

Il poussa un long soupir, repoussa la longue mèche de cheveux qui lui tombait sur l’œil et se mit en route à son tour.

Chapitre 5

Dans la cuisine déserte, Eugénie savourait avec délectation une gorgée de son chocolat chaud, lorsqu’Oscar fit son apparition, la mine maussade, les cheveux ébouriffés et les yeux rougis par le manque de sommeil. En prenant place à la table du petit-déjeuner, il ne put réprimer un sourire en découvrant la fine moustache chocolatée qui recouvrait la lèvre supérieure de son amie.

− Bien dormi ? lui lança la jeune fille, en s’essuyant la bouche avec sa serviette de table.

− Oui, super ! répondit-il, ironique. J’adore être réveillé en pleine nuit pour assister au sauvetage d’une créature inconnue, espèce de croisement entre un Na’vi et un Minimoys ! Je me suis rendormi comme si de rien n’était et j’ai dormi comme un bébé, dis donc !

− Hahaha ! Très drôle ! répondit Eugénie en lui faisant une grimace. Tu veux un chocolat chaud ?

− T’as pas un whisky, plutôt ?

− Oh, mais t’as avalé un clown, ce matin ! lui répondit-elle en versant une bonne rasade de lait dans une tasse. Tiens ! dit-elle en la lui tendant.

− Merci ! répondit Oscar. Il porta la tasse à ses lèvres et but quelques gorgées, avant de la reposer devant lui.

− Plus sérieusement, t’es vraiment sûre que tu veux aller dans la forêt aujourd’hui ?

Eugénie lui répondit sans lever les yeux de la tranche de pain qu’elle était en train de tartiner de confiture de fraises.

− Je te l’ai expliqué cette nuit. Il faut que j’y aille. Elle a des choses à me dire.

Elle lécha la cuillère pleine de confiture et croqua dans sa tartine.

− Et comme je te l’ai dit, tu n’es pas obligé de venir ! continua-t-elle.

− Ah ben, oui, t’as raison ! s’énerva Oscar. Je vais te laisser aller toute seule dans les bois, à la recherche d’une espèce de fée bleue qui s’évapore dans l’eau et qui veut te parler !

Eugénie resta silencieuse, soucieuse de ne pas poursuivre la discussion animée qui avait suivi leurs péripéties nocturnes. Oscar soupira et prit un croissant dans la corbeille.

− Evidemment que je vais venir avec toi ! On ne sera pas trop de deux !… Et qu’est-ce qu’on va dire à tes parents ?

− Qu’il faut qu’on travaille sur un exposé de SVT et qu’on a besoin de photos ! On l’a déjà fait, de toutes façons.

− Mouais… Ça ne me dit vraiment rien qui vaille, ton truc… Il termina son croissant, tandis qu’Eugénie débarrassait la table.

− Je vais prendre ma douche et on se retrouve ici dans une demi-heure ! lui lança-t-elle en sortant de la cuisine pour regagner l’étage. Oscar, qui terminait son lait, lui répondit par un vague grognement.

*******************

Lorsqu’Oscar entra dans la cuisine trente minutes plus tard, fraîchement douché, Eugénie était en train de fourrer deux sandwiches dans la partie isotherme de son sac à dos.

− T’es sûre que c’est la peine d’emmener un pique-nique ?

− Il est déjà 10 heures et on ne sait pas combien de temps ça va nous prendre ! Au moins, tu ne pourras pas me reprocher de te faire mourir de faim ! répondit-elle avec un sourire moqueur. Allez, c’est bon ! J’ai tout !

− T’as pensé à prendre ton portable ?

− Tu n’as pas le tien ?

Oscar, qui considérait son smartphone comme une extension naturelle de sa main droite, leva les yeux au ciel en soupirant.

− Tu sais bien que mon père me l’a confisqué jusqu’à demain soir.

− Ah oui, c’est vrai !… Bon attends-moi là, je vais le chercher !

Eugénie sortit de la cuisine et Oscar l’entendit monter quatre à quatre les escaliers. Il ouvrit la poche principale du sac à dos et sourit en découvrant son contenu : un appareil photo, une boussole, une carte des environs, un bloc-notes avec stylo, une mini-trousse de secours, un couteau suisse, deux barres de céréales et deux gourdes pleines d’eau. Décidément, son amie ne cesserait jamais de l’étonner. Il n’aurait jamais pensé à emmener tout ça et se dit que les filles étaient quand même de sacrés numéros ! Il referma le sac au moment où Eugénie entrait dans la cuisine, son téléphone à la main.

− Cette fois, c’est bon, dit-elle. On peut y aller! On va passer voir maman avant de partir.

− Tu l’as prévenue que l’on irait en forêt pour ton “exposé”? dit Oscar en insistant sur le mot tout en mimant les guillemets avec ses doigts.

− Oui, je l’ai croisée en me levant et je lui en ai parlé. Elle m’a dit qu’il n’y avait pas de souci, mais qu’il fallait qu’on soit rentré pour 15 heures. Apparemment, ton père doit venir te chercher vers cette heure-là.

Oscar soupira et ne répondit pas. Toute mention de son père avait le don de le renfrogner instantanément. Tous les deux enfilèrent leurs blousons et leurs baskets et Oscar prit le sac à dos. Il sortit de la maison, Eugénie sur ses talons et, tandis qu’elle refermait la porte à clé juste derrière lui, il s’arrêta sur le perron, l’air solennel.

− Bon, et ben c’est parti !… Au revoir, chère maison des Merlat. Je ne sais pas si nous nous reverrons, vu que la fille de tes propriétaires est complètement givrée et m’entraîne avec elle dans ses périlleuses et suicidaires aventures… Alors sache que j’ai apprécié tous les bons moments passés dans tes murs !…

Il fut interrompu par le coup de coude qu’Eugénie venait de lui lancer dans les côtes, et tous deux éclatèrent de rire.

Ils descendirent les quelques marches qui menaient à la cour et se dirigèrent vers le bureau de Clémence Merlat, situé juste en face de la maison. Lorsqu’ils entrèrent dans la pièce, Clémence releva la tête du document dans lequel elle était plongée et sourit.

− Ah, vous voilà prêts ! dit-elle en se levant pour les embrasser. Bonjour Oscar! Tu vas bien, ce matin ? Tu as bien dormi ?

− Comme un loir ! répondit Oscar en souriant, tandis qu’Eugénie levait les yeux au ciel, sans que sa mère ne s’en aperçût.

− Super ! C’est gentil d’aider Eugénie avec son exposé ! Vous allez dans quel coin, alors ?

− Du côté de la clairière aux chevreuils, répondit Eugénie.

− Ah, ok ! Ca vous fait une bonne heure de marche pour arriver là-bas ! Vous avez prévu de quoi déjeuner ?

− Eugénie a pensé à tout ! C’est une spécialiste des expéditions, tu sais ! dit Oscar en riant.

− Ah, ça, je sais ! répondit Clémence en embrassant sa fille sur le front. C’est un exposé sur quoi, exactement ?

− L’écosystème des clairières ! s’empressa de répondre Eugénie, coupant l’herbe sous le pied d’Oscar qui n’était plus à une plaisanterie près.

− Oh, c’est top ! Vous avez un téléphone avec vous ? On ne sait jamais !

− Oui, c’est bon, j’ai pris le mien! dit Eugénie. Bon, ben à tout à l’heure ! On sera là pour 15 heures sans faute !

Oscar et elle embrassèrent Clémence, avant de prendre congé.

− OK ! Faites attention à vous !

− Mais oui, t’inquiète pas ! lança Eugénie en faisant un clin d’œil à sa mère avant de refermer la porte du bureau derrière elle.

− Bah ça, c’est sûr ! Pas de quoi s’inquiéter ! ironisa Oscar, une fois dans la cour. Aïe! fit-il en recevant un nouveau coup de coude dans le flanc. Arrête de me frapper ! s’écria-t-il, en se massant le côté.

− Alors arrête avec tes blagues à deux balles ! rétorqua Eugénie avant de lui tirer la langue.

Ils traversèrent la cour en silence et atteignirent bientôt le chemin qui menait à la forêt. Après le terrible orage qui avait fait rage une partie de la nuit, le soleil brillait à nouveau depuis le matin. Le sol avait donc retrouvé un aspect presque sec qui rendait la promenade plus agréable.

− Tiens ! On n’a vu ni ton père, ni Sam ! remarqua Oscar.

− Ils sont au marché le samedi matin. Ils partent vers 5 heures et ne rentrent qu’en début d’après-midi.

− Ah oui, c’est vrai !… Alors, comme ça, on va à la clairière aux chevreuils ?

− Oui, à peu près. J’ai préféré ne pas raconter n’importe quoi, pour que maman sache où l’on est, au cas où l’on doive venir nous chercher…

− Et ben, je vois que tu es optimiste !

− C’est toi, avec tes commentaires ! Tu finis par me faire douter ! Du coup, autant être prudents !

− Ouais! Au moins si on a besoin de renfort pour lutter contre les fées bleues maléfiques, les forces spéciales sauront où nous trouver !

Eugénie leva les yeux au ciel en soupirant et tous deux avancèrent en silence un moment.

− Ceci dit, tu ne m’as pas expliqué comment tu sais où nous devons aller, ou même pourquoi on doit y aller, d’ailleurs…

− Hier, quand je l’ai prise dans mes mains, j’ai vu des tas d’images, comme un film qui défilait devant mes yeux. Il y avait une espèce de grotte, une galerie souterraine dont l’entrée se trouve pas très loin d’un grand chêne. Je le connais, cet arbre. Il a une forme un peu biscornue et je me souviens l’avoir déjà vu en me baladant avec papa. Il est tout près de la clairière aux chevreuils.

− Et qu’est-ce qui te fait dire qu’il faut qu’on y aille dans cette grotte ? Si ça se trouve, c’est un guet-apens et nous, on y va tout droit ! Pas de souci, les fées cannibales ! On arrive ! Votre dîner n’est pas loin !

− RRRho ! Mais, t’as fini, oui ! Je t’ai déjà dit qu’elles sont inoffensives ! Et cette grotte… Je ne sais pas, c’est comme leur maison, je crois… Quand je l’ai vue, ça m’a remplie de chaleur, je me suis sentie bien…

− Ah bah, ça c’était sûrement avant que tu me fasses un remake de l’Exorciste et que tu te mettes à trembler comme une feuille avant de tomber dans les pommes, dis-donc !

Le visage d’Eugénie s’assombrit.

− Ça, c’était super bizarre… D’un coup, je me suis retrouvée dans une nappe de brouillard tout noir et j’ai eu super froid… J’ai vu des ombres tout autour de moi, qui se rapprochaient et au moment où elles allaient me toucher, j’ai vu une grande lumière blanche et je me suis réveillée.

− Ouais, ça, j’ai vu… Et elle s’appelle comment, déjà ? Autant qu’on sache comment l’appeler, quitte à se pointer chez elle !

− Ephéa.

− Ephéa… Parfait, pour une fée ! Et donc, elle veut te parler ? J’espère qu’elle a prévu du thé et des petits gâteaux !

− Ooohhh ! J’aurais franchement mieux fait d’y aller toute seule ! Tu me saoules avec ton humour pas drôle ! s’énerva Eugénie.

− C’est bon, j’arrête !… C’est juste que ça me stresse, ton truc ! Et tu sais comment je suis quand je suis stressé !

− Oui, je sais ! Mais là, tu me stresses aussi et j’ai vraiment pas besoin de ça ! Alors, c’est bon !

− Ok, ok ! J’ai compris !

Devant la mine contrariée d’Eugénie, il préféra ne pas insister et ils continuèrent à marcher sans un mot. En arrivant à l’orée de la forêt, ils firent une halte et Oscar sortit de la poche de son blouson deux petits carrés recouverts de papier bleu. Il en tendit un à Eugénie.

− J’suis désolée de t’avoir contrariée ! On fait la paix ?

Eugénie lui sourit, prit le morceau de chocolat, en retira le papier et le glissa sous sa langue. Oscar en fit autant et tous deux dégustèrent leur friandise en silence. Du plus loin qu’Eugénie s’en souvienne, le chocolat avait toujours eu pour elle des vertus réconfortantes. Depuis leur plus tendre enfance, Oscar et elle avaient l’habitude d’en garder quelques morceaux à portée de main, au cas où, et les arômes riches et sucrés étaient maintes fois venus les consoler de leurs petits et grands tracas.

− Allez, c’est parti ! dit Oscar, lorsqu’il eut terminé sa bouchée, et il pénétra dans le sous-bois. Eugénie le suivit et ils quittèrent le sentier quelques mètres plus loin, pour s’enfoncer dans la forêt, à travers les arbustes et les ronces.

D’abord facile, leur progression se fit plus lente à mesure qu’ils pénétraient plus profondément dans le bois et que la végétation se faisait plus dense. L’un derrière l’autre, ils avançaient péniblement, encouragés par le chant d’oiseaux qu’ils ne pouvaient voir à travers le feuillage, les brindilles et les feuilles mortes craquant sous chacun de leurs pas. Comme toujours lors de ses balades en forêt, Eugénie prenait plaisir à respirer à pleins poumons, profitant des senteurs si particulières qu’elle affectionnait tant : celle de la mousse, de l’humus recouvrant le sol et des fleurs délicates des jacinthes des bois. Après une bonne demi-heure de marche laborieuse, ils firent une pause pour reprendre leur souffle et vérifier leur position grâce à la carte et à la boussole qu’Eugénie avait emportées.

− On va dans la bonne direction ? demanda Oscar, en saisissant sa gourde pour boire une gorgée d’eau.

− Oui, c’est bon ! répondit Eugénie en étudiant la carte. On ne devrait pas tarder à y arriver. La clairière est juste après cette colline.

− Ok ! Tant mieux parce que je commence à fatiguer ! dit-il en replaçant la gourde dans le sac à dos. Allez, c’est reparti ! Je te suis.

Eugénie hocha la tête et tous deux se remirent en route. A mesure qu’ils avançaient, la pente se faisait plus raide et les muscles de leurs cuisses commençaient à s’échauffer. Au bout de quelques minutes, Eugénie s’arrêta brusquement.

− Oscar ! T’as vu ça ?

Elle désignait du doigt un endroit, au sommet de la colline où, au milieu de leurs semblables majestueux et verdoyants, se dressaient quelques arbres noircis, décrépis et biscornus. Le jeune garçon tendit le cou pour regarder dans la direction qu’indiquait son amie et fronça les sourcils.

− Oh purée ! Mais qu’est-ce qui s’est passé là-haut ?

− Allons voir !

Sans attendre de réponse, Eugénie se remit à grimper de plus belle, suivie de près par Oscar. Lorsqu’elle arriva tout en haut, elle ne put retenir un cri de stupeur.

Chapitre 4

Eugénie bondit hors de son lit et sortit de la pièce sur la pointe des pieds. Elle traversa le palier sans un bruit et tambourina à la porte de la chambre d’Oscar. Quelques secondes plus tard, le jeune garçon tout ensommeillé apparaissait sur le seuil en bâillant.

− T’as vu l’heure, Eugénie ? Il est quatre heures du matin !

− J’suis désolée, mais tu m’as dit de te prévenir s’il y avait un problème… Et bien, là, je crois qu’il y en a un !

Eugénie lui fit signe de la suivre et tous deux se faufilèrent à pas de loup dans la chambre de la jeune fille, qui referma la porte avec précaution.

− Oh la vache ! C’est quoi cette lumière chelou ? s’exclama Oscar, à présent parfaitement réveillé.

− J’en sais rien du tout…

Tous deux se tenaient debout au milieu de la pièce, interdits, la lumière bleutée faisant ressortir les cernes sur leurs visages fatigués.

− Faut aller voir ce que c’est ! reprit le jeune garçon d’un air décidé.

Il s’avança jusqu’à la porte de la salle de bains et s’apprêtait à en tourner la poignée lorsqu’Eugénie l’arrêta.

− Attends ! Elle ne te connaît pas. Si elle est réveillée, il vaut mieux que je passe en premier !

− Je te rappelle qu’elle ne te connaît pas non plus ! Elle dormait lorsque tu l’as ramassée, je te signale !

− Je te dis qu’on a été comme « connectées » lorsque je l’ai touchée. Je suis sûre qu’elle l’a senti comme moi !

Oscar soupira.

− Pfffff… C’est carrément dingue ton truc !… Enfin, vas-y d’abord, si tu veux ! Je te suis !

Il laissa passer la jeune fille qui, prenant une profonde inspiration, ouvrit la porte lentement. La lumière se fit plus intense et, lorsque la porte fut complètement ouverte, les deux adolescents furent aveuglés quelques instants. La clarté prenait sa source au cœur-même du vivarium qui brillait intensément, comme si un spot ultra-puissant se trouvait à l’intérieur.

Lorsque ses yeux se furent acclimatés à la luminosité de la pièce, Eugénie s’avança prudemment, suivie par Oscar. Ils se penchèrent pour observer l’intérieur du vivarium et restèrent bouche bée devant le spectacle qui s’offrait à leurs yeux.

La créature toujours endormie n’était plus allongée sur la boule de coton. Elle flottait quelques centimètres au-dessus, comme en apesanteur. La lumière bleutée émanait de la pierre minuscule qui ornait le collier qu’elle portait autour de son cou. Eugénie et Oscar ne pouvaient détourner leur regard, comme hypnotisés par le petit être qui semblait presque irréel et si paisible, dans son profond sommeil. Soudain, de violents tremblements se mirent à soulever son corps et la créature fut comme prise de convulsions.

− Qu’est-ce qui se passe ? s’écria Eugénie. Qu’est-ce qu’elle a ?

− J’en sais rien ! cria à son tour Oscar.

− Elle va mal, il faut faire quelque chose !

Sans écouter les mises en garde de son ami, Eugénie souleva le couvercle du vivarium, saisit le petit corps à deux mains et le sortit de la cage vitrée aussi vite que possible. Aussitôt, elle sentit son pouls s’accélérer et la douce chaleur l’envahit à nouveau. Le phénomène lui était à présent presque familier et elle ferma les yeux. Elle crut entendre Oscar l’appeler, mais le son de sa voix fut couvert par le bruit de la pluie qui faisait rage à l’extérieur, les gouttes s’abattant avec fracas sur les feuilles des arbres, tandis que le murmure du tonnerre grondait au loin. Malgré le tumulte, il lui sembla pourtant distinguer une voix cristalline. La voix semblait inquiète, elle appelait quelqu’un… Et devant ses paupières closes, Eugénie vit défiler une succession d’images, presque comme un film. Les images se succédaient à une vitesse vertigineuse, mais elle pouvait en absorber les moindres détails. Soudain, un souffle glacé transperça sa peau comme des milliers de lames de couteau. Elle se raidit sous la douleur et se mit à trembler à son tour. Elle sentit soudain ses jambes céder sous le poids de son corps. La sensation des deux bras qui l’étreignirent alors pour l’empêcher de tomber fut la dernière chose qu’elle ressentit avant de perdre connaissance.

Lorsqu’elle rouvrit les yeux, elle découvrit le visage paniqué d’Oscar penché au-dessus d’elle.

− Ca va ? Tu te sens comment ? Tu m’as fait une de ces peurs ! s’écria le jeune garçon, visiblement soulagé de voir son amie revenir à elle.

− Ca va… Mais, où est-elle ? Qu’est-ce que t’en as fait ? cria Eugénie en se relevant précipitamment.

− T’inquiète pas, je l’ai remise dans le vivarium. Je l’ai prise avec un gant de toilette et elle a arrêté de trembler. Elle dort toujours. Mais toi, tu te sens comment ? répéta-t-il, l’air inquiet.

− Je me sens bien. Vraiment, ajouta Eugénie pour le rassurer. Elle se précipita vers le lavabo, ouvrit le robinet, puis se mit à fouiller dans le premier tiroir de la commode.

− Tu peux me dire ce que tu fais ? l’interrogea Oscar.

− Il faut absolument la mettre dans l’eau chaude. A 40°C, exactement !… Mais où est ce foutu thermomètre de bain !!!… Ah, le voilà !

Elle sortit du tiroir le thermomètre en forme de poisson orange que sa maman utilisait lorsqu’elle était toute petite, et le plongea dans le lavabo presque plein d’eau.

− Et comment tu sais ça ? demanda anxieusement son ami.

− Je l’ai vu. C’était fou, un peu comme un rêve… Mais, j’ai vu, j’ai entendu des tas de choses… Elle s’appelle Ephéa. Et il y a plein d’autres créatures comme elle. Ils l’attendent, ils sont inquiets pour elle.

− Tu délires ?

− Ecoute ! Je sais que ça a l’air dingue, mais il faut que tu me croies. Je ne sais absolument pas comment ça marche… C’est peut-être une espèce de télépathie, j’en sais rien. En tous cas, il faut la mettre dans l’eau chaude, sinon, elle risque de mourir.

Elle vérifia la température affichée sur le ventre du poisson de plastique et se dirigea vers le vivarium. Elle en ouvrit le couvercle et attrapa la créature, dont seuls la tête et le haut du buste dépassaient du gant de toilette dans lequel elle était enroulée. Son pendentif continuait à émettre la puissante lumière bleue qui rayonnait dans toute la pièce. Sous le regard perplexe d’Oscar qui restait silencieux, Eugénie l’amena jusqu’au lavabo et la plongea délicatement dans l’eau chaude.

Au contact de l’eau, le pendentif cessa de briller instantanément et la salle de bains fut plongée dans l’obscurité. Oscar alluma la lumière et s’approcha d’Eugénie qui ne quittait pas du regard la créature à présent complètement immergée. Après quelques instants, le gant de toilette coula au fond du lavabo et le petit être, enfin libre, se mit à remonter doucement à la surface.

− Regarde ! Je crois qu’elle a bougé ! s’écria soudain Eugénie.

− T’es sûre ? demanda Oscar en observant de plus près. Ah oui ! Je l’ai vue aussi ! Elle a bougé ses pieds !

Tous les deux restèrent figés sur place, contemplant le petit corps bleuté qui semblait s’éveiller peu à peu, membre après membre. Enfin, ils virent les minuscules paupières bouger et s’ouvrir, dévoilant de magnifiques yeux vert émeraude. La créature sourit et se mit à tournoyer dans l’eau. Eugénie et Oscar, stupéfaits, ne pouvaient quitter des yeux le tourbillon bleu ainsi formé, qui agitait l’eau cristalline dans le lavabo. Au bout de quelques instants, le bleu se fit plus pâle et le tourbillon sembla décroître en intensité, jusqu’à disparaître tout à fait. Il ne restât alors plus dans le lavabo que le poisson de plastique qui flottait dans l’eau transparente, immobile et à peine tiède.

− Quoi ?!! Mais qu’est-ce qui s’est passé ? Elle est où ?? s’écria Oscar, incrédule, en plongeant sa main dans l’eau, tâtonnant de-ci-de-là l’émail froid du lavabo à la recherche de la créature qui avait visiblement disparu. Nan, mais, Eugénie !!! T’as vu ça ? Mais c’est hallucinant !!!

Surpris du silence de son amie, il se retourna vers elle et la vit qui le regardait en silence, un sourire sur les lèvres.

− Eugénie ?…

− Oui, j’ai vu. Elle a dû partir… Mais, je sais où la trouver.