Chapitre 2

La pluie commençait à se densifier et Eugénie pressa le pas. Le chemin de terre qui longeait le champ de blé jusqu’à la forêt commençait à devenir boueux et Eugénie se félicita d’avoir préféré ses bonnes vieilles bottes en caoutchouc à ses baskets blanches toutes neuves. Les gouttes lui battaient le visage et s’engouffraient dans ses yeux, floutant sa vision. L’eau coulait le long de son anorak et son pantalon était à présent complètement trempé.

− Il faudra que je passe me changer avant d’ouvrir la boutique, se dit-elle.

Elle se mit à courir pour rejoindre au plus vite le sous-bois qu’elle devinait devant elle, à quelques dizaines de mètres.

Elle allait atteindre l’abri formé par les chênes en lisière de forêt, lorsqu’elle sentit s’écraser sur sa capuche une goutte plus lourde que les autres. Elle porta sa main droite à sa tête dans un geste de protection et, lorsqu’elle rabaissa son bras, il lui sembla apercevoir quelque chose dans le pli du tissu. Atteignant enfin le sous-bois, elle s’arrêta sous un arbre et s’essuya les yeux de la main gauche pour y regarder de plus près. Avec précaution, elle écarta les plis formés par l’anorak, écarquilla les yeux pour ajuster sa vue à la pénombre ambiante et laissa échapper un cri aigu de surprise.

Juste là, niché au creux de son coude, se trouvait un petit être à la peau bleutée, presque translucide et qui ne devait pas mesurer plus de trois centimètres. La créature gisait sur le tissu, inconsciente et ruisselante de pluie. Comme les humains, elle avait deux bras et deux jambes, mais ses mains et ses pieds étaient palmés. Elle était vêtue de morceaux de feuilles agglomérés et sa tête était recouverte d’une substance vert foncé tressée comme des cheveux, mais qui ressemblait davantage à des algues.

Interdite, Eugénie resta un long moment figée sur place, de peur que le moindre de ses mouvements ne causât la chute de cet étrange personnage. Elle ne pouvait détacher son regard de la créature étendue sur sa manche, inanimée. Si son corps était parfaitement immobile, l’esprit d’Eugénie fonctionnait à cent à l’heure.

− Mais, c’est incroyable ! J’ai des hallucinations, ou quoi ? C’est peut-être un truc que j’ai mangé ! Si ça se trouve, les champignons qu’Huguette a mis dans mon omelette de ce midi étaient hallucinogènes ! J’ai lu sur internet que ça existait ! Il faudra vraiment que je lui dise de ne plus en acheter !

Un puissant coup de tonnerre mit fin à ses réflexions et elle sursauta brusquement.

− Oh mon Dieu ! cria-t-elle, en rattrapant de justesse le petit être qui avait glissé sur le tissu trempé et s’apprêtait à tomber dans les fourrés. Une étrange sensation l’envahit au contact de la créature qu’elle tenait maintenant dans le creux de sa main gauche. Elle sentit la douce chaleur qui émanait du petit corps inerte se répandre peu à peu dans chacun de ses membres et elle ferma les yeux.

Tout à coup, ses sens se mirent à fonctionner de façon exacerbée. Malgré la protection offerte par les arbres, elle ressentit plus intensément la puissance de l’averse qui faisait rage. Le son des gouttes de pluie qui s’abattaient sur le feuillage au-dessus de sa tête lui semblait décuplé et chaque vibration venait résonner avec force dans sa poitrine. Le souffle du vent, qu’elle sentait à peine quelques minutes plus tôt, semblait s’engouffrer dans chacun des pores de la peau de son visage et de ses mains. L’odeur du sous-bois mouillé de pluie emplit ses narines et elle put très clairement distinguer les différentes senteurs entremêlées : le parfum subtil de la mousse, celui plus puissant de la terre humide et la fragrance délicate des feuilles qui recouvraient le sol.

Comme emportée par ce tourbillon de sensations nouvelles, elle crut un moment perdre l’équilibre et rouvrit les yeux, pour ne pas tomber. Le spectacle qui s’offrit alors à elle la stupéfia encore bien davantage. Le sous-bois était à présent baigné d’une douce lumière et partout où son regard se posait, elle pouvait distinguer d’infimes détails qui lui avaient échappé jusqu’alors. Sur chacun des arbres qui l’entouraient, elle découvrit que l’écorce présentait des signes bien distincts qu’elle était en mesure de déchiffrer. Chaque tronc arborait ainsi une espèce de carte d’identité qui retraçait toute la vie de l’arbre. Pour chaque chêne, chaque noisetier, chaque châtaignier, elle perçut en un coup d’œil la longue succession des saisons déjà vécues, de la sortie des premiers bourgeons printaniers aux assauts hostiles des gelées hivernales. En un regard, elle prit conscience de la multitude d’êtres vivants hébergés au sein même de l’écorce, ou encore abrités sous les branches. Chaque arbre lui apparut soudain comme une ville immense grouillant de ses nombreux habitants : insectes, oiseaux ou petits mammifères ayant élu domicile en son sein.

Bouche bée, Eugénie contemplait comme pour la première fois cette forêt qu’il lui semblait pourtant si bien connaître. En baissant les yeux, elle s’aperçut que, malgré les feuilles et les branchages qui recouvraient le sol, elle pouvait distinguer très clairement le réseau de racines qui, telles une multitude d’autoroutes, de routes secondaires et de chemins souterrains, reliaient tous les végétaux entre eux, à perte de vue.

Soudain, sa tête se mit à tourner. Prise de vertige, elle s’assit sur le sol et y déposa délicatement la petite créature pour éviter de la faire tomber. Immédiatement, le tourbillon qui semblait l’avoir emportée s’arrêta et tout redevint normal autour d’elle. Plus de sons décuplés, d’odeurs enivrantes ou de clarté irréelle. Le sous-bois avait repris son apparence habituelle et paisible, sous l’averse.

Elle respira profondément pour reprendre ses esprits et atténuer la sensation de nausée qui l’avait envahie. Lorsque les battements de son cœur eurent repris un rythme presque normal, elle risqua un regard vers le petit être bleuté qui était étendu à ses côtés.

− Mais qui es-tu ? Et qu’est-ce qui s’est passé ? se demanda-t-elle.

Un nouveau coup de tonnerre retentit et Eugénie se leva. Rester en forêt pendant un orage était une très mauvaise idée. Il lui fallait regagner la ferme au plus vite. Elle sortit de sa poche un mouchoir en papier, se baissa et y enveloppa la petite créature, en évitant soigneusement tout contact avec sa peau. Elle glissa le tout dans la poche de son anorak et quitta le sous-bois en courant. Elle ne vit pas le petit être à la peau grise qui, perché sur la branche d’un arbre voisin, la regardait s’éloigner d’un air mauvais.

Alors qu’elle s’apprêtait à quitter le chemin boueux pour entrer dans la cour de la ferme, elle aperçut Huguette et Sam qui venaient à sa rencontre sous la pluie battante, la mine inquiète.

− Ah, te voilà enfin ! lui dit le jeune homme, visiblement soulagé. Nous commencions à nous inquiéter sérieusement ! Huguette était à deux doigts de prévenir la police ! ajouta-t-il avec un clin d’œil malicieux qui fit sourire Eugénie.

− Mais tu es complètement trempée ! renchérit Huguette. Rentre tout de suite te changer ! Tu vas attraper la mort ! 

Elle passa son bras au-dessus des épaules de la jeune fille, la protégeant de l’averse sous son parapluie multicolore.

− Va te sécher ! Je vais ouvrir la boutique, dit Sam. Les premiers clients ne vont pas tarder. Rejoins-moi lorsque tu es prête !

− Merci ! lui lança Eugénie, qu’Huguette escortait fermement jusqu’à la maison.

− Faire des photos sous une pluie pareille ! Tu me la recopieras, celle-là ! bougonna la quinquagénaire, en évitant soigneusement les flaques d’eau qui avaient envahi la cour.

− Je suis désolée, s’excusa Eugénie. Je me suis faite surprendre par l’orage et il me restait quelques beaux clichés à faire…

− Et bien, la prochaine fois, tu les prendras depuis la fenêtre de ta chambre, tes photos ! On aura de la chance si tu ne nous attrapes pas une pneumonie ! 

Toutes deux gravirent les quelques marches qui menaient à la maison et Huguette ouvrit la porte. 

− Allez, entre vite ! dit-elle à Eugénie, tout en secouant son parapluie sur le perron.

Cette dernière ne se fit pas prier et retira avec soulagement ses bottes trempées et couvertes de boue.

− Je vais vite me changer ! lança-t-elle, en grimpant quatre à quatre l’escalier qui menait à l’étage.

Elle entra dans sa chambre et referma soigneusement la porte. En apercevant son reflet dans le miroir de son armoire, elle comprit parfaitement ce qui avait pu inquiéter Huguette. Elle était ruisselante de la tête aux pieds. Pas un centimètre carré de son corps ou de ses vêtements n’avait été épargné par la pluie. La capuche bien serrée lui faisait une drôle de tête et les quelques mèches de cheveux qui s’en échappaient étaient collées à la peau de son visage tout pâle. Ses yeux étaient rougis comme si elle avait pleuré et de vilains cernes noirs commençaient à apparaître juste en dessous.

Elle se regarda quelques instants et prit une profonde inspiration. Elle glissa la main dans la poche de son anorak et en sortit le mouchoir en papier soigneusement plié.

− Et maintenant, je fais quoi ? se dit-elle, sentant son cœur battre la chamade.

Elle posa le mouchoir sur son bureau et le déplia, découvrant la petite créature bleutée qui semblait dormir paisiblement.

− Je n’ai aucune idée de ce que tu peux bien être… et pourtant j’ai l’impression de te connaître… murmura-t-elle.

− Eugénie ! Il est presque 17h30 ! Tu es prête ? Sam t’attend à la boutique ! criait Huguette, depuis le rez-de-chaussée.

− J’arrive tout de suite ! répondit Eugénie, en refermant vivement le mouchoir.

Elle balaya sa chambre du regard, cherchant un endroit sûr où elle pourrait dissimuler sa trouvaille. Elle se précipita vers la porte qui menait à sa salle de bains privative et l’ouvrit. Près de la cabine de douche, sur la commode, se trouvait un vivarium où Eugénie élevait des phasmes. Elle y avait recréé un environnement adapté avec du lierre, de l’eau, du sable et du coton humide. Elle ouvrit le dessus du vivarium et déposa le petit être endormi sur une boule de coton.

La voix d’Huguette s’éleva à nouveau depuis le rez-de-chaussée, interrompant le flot de pensées qui semblait loin de se tarir.

− Prenez soin d’elle, dit Eugénie à l’attention des insectes que l’on pouvait à peine distinguer parmi la végétation. Je reviens le plus vite possible.

Elle attrapa une serviette sur le radiateur et sortit de la salle de bains. Elle retira ses vêtements trempés et s’enveloppa dans la serviette toute chaude. Seulement alors, elle s’aperçut qu’elle était transie de froid. Elle se choisit des vêtements propres et bien chauds et se rhabilla rapidement. Elle sécha ses cheveux en toute hâte et en fit une tresse, avant de descendre retrouver Sam à la boutique.

Laisser un commentaire