Prologue

Enveloppée dans une bulle de lumière, Ephéa sentit son corps s’engourdir et s’élever dans les airs. Elle regarda sa main et, déjà, sa peau d’ordinaire bleu pâle et délicatement irisée semblait presque complètement transparente. L’heure était venue pour elle de regagner le nuage où, grâce à la magie des éléments, elle pourrait se ressourcer et reprendre des forces avant de regagner la Terre pour un nouveau cycle de vingt-et-un jours.

Elle jeta un dernier regard à ses congénères et ne put s’empêcher de frissonner. Ce rituel de renaissance, immuable et habituellement célébré dans la joie la plus pure, était aujourd’hui teinté d’une profonde inquiétude qui se lisait sur tous les visages.

Depuis quelques temps, une mystérieuse substance nocive se répandait dans les ruisseaux, dans les rivières, bouleversant les équilibres naturels. Insidieusement, elle s’était infiltrée de toutes parts et de nombreux dégâts étaient déjà à déplorer dans les forêts et dans les bois environnants.

Fidèles à leur mission ancestrale de contribuer à la préservation de la faune et de la flore, les Aquarealis avaient redoublé d’efforts pour contrer les effets néfastes de ce poison. En vain. Chaque jour, de nouveaux arbres étaient touchés par le mal, de nouveaux animaux tombaient malades et se voyaient voués à une mort certaine.

Pire encore, le poison s’était tant et si bien répandu qu’il avait poursuivi son funeste chemin jusque dans les nuages. Là-haut, les gouttelettes toxiques représentaient un danger immense pour les Aquarealis et perturbaient leur cycle de régénération. Un simple contact avec l’une de ces gouttes transformait jusqu’à leur essence-même et les changeait en créatures malfaisantes, avides de destruction.

A mesure que la bulle légère continuait son ascension vers le ciel gris et tumultueux, Ephéa regardait les cimes des arbres qui s’éloignaient doucement en dessous d’elle. Elle ferma les yeux une seconde, puis tourna son regard vers le nuage gris foncé qui lui faisait face et semblait l’attendre, quelques mètres plus haut. Elle crut voir un éclair déchirer le ciel et son visage se durcit.

− A nous deux ! dit-elle en serrant les poings, sachant qu’il lui faudrait bientôt livrer une bataille sans merci, dont l’issue ne dépendrait que de sa détermination.

1 comment

Laisser un commentaire